Andrade

Danse – accueil du Far° Festival des arts vivants Nyon

Samedi 18 août 2018, 21h

Dimanche 19 août 2018, 21h

L’invasion culturelle peut-elle s’inscrire dans les danses populaires, en brouillant leur identité pour finalement en recracher une nouvelle, composite et multicolore?

En 1928, le poète et essayiste brésilien Oswald de Andrade écrit le Manifeste Anthropophage*. Dans ce texte il prône l’ingestion symbolique du colonisateur, affirmant la modernité brésilienne dans un processus de dévoration lors duquel la culture européenne n’est pas simplement singée, mais assimilée et régurgitée sous une nouvelle forme. L’auteur offre ainsi une alternative au nivellement culturel et à la fascination pour une culture dominatrice.

Inspiré par le processus décrit dans le manifeste, Michiel Vandevelde s’interroge sur ce que nous pourrions considérer comme invasif dans l’espace public occidental. Sa réponse, déclinée dans plusieurs performances, a consisté à cannibaliser des danses issues de clips vidéo populaires auxquelles il juxtaposait de la matière textuelle. Dans Andrade, il ne retient que la danse cannibalisée dans son abstraction. Il réinvestit le matériel chorégraphique et musical de ses performances précédentes pour générer une danse étrange et envoutante, appartenant à une culture encore à découvrir.

* Se dit d’un être vivant qui mange de la chair humaine.

Chorégraphie

Michiel Vandevelde

Danse et création

Bryana Fritz

Costumes

Lila John

Lumière, technique

Michiel Vandevelde, Tom Bruwier

Conseil artistique

Esther Severi, Kristof van Baarle, Dries Douibi, Maria Rossler

Production

Disagree vzw

Coproduction

Kaaitheater

Billetterie du Far°
Dès le 27  juillet, sur le site www.festival-far.ch
Prix des places à choix
Sympa chf 15.–  / Super chf 20.–  / Sensass chf 30.–

Prochainement

Concert viennois du Petit-Nouvel An

Des bulles, de la gaieté, des froufrous et de la musique aux couleurs pastel ou acidulées, pour faire pétiller la nouvelle année

Concert

Dimanche 6 janvier 2019, 17h

La Double Constance ou le voyage de Max

Max a 60 ans et sa femme l’a quitté. Il est prêt à tout pour la reconquérir. Sa quête nous entraine dans une réflexion sur l’avenir amoureux et sur les voyages qui nous révèlent.

Théâtre

Vendredi 1er février 2018, 20h
Samedi 2 février 2019, 19h
Dimanche 3 février 2019, 17h

2018-07-10T13:28:31+00:00