Accueil » Archives » Saison 2016-2017

Saison 2016-2017

LES TERRASSES DU CASINO

Vendredi 19 août 21h-minuit 

Le Bal de l’Orchestre jaune

L’ Orchestre jaune revient enflammer et faire danser la terrasse du Casino, un tout nouveau programme pour ses 22 musiciens de haut vol, sous la houlette du pianiste et compositeur lausannois Daniel Perrin. Durant le bal de l’Orchestre jaune, on chante, on s’amuse, on reprend tous les classiques, des vieux et moins vieux rocks, des slows, de la pop… C’est funky, ça swingue et ça envoie du lourd !!!

Samedi 20 août 

19h Les Petits chanteurs à la gueule de bois — Chansons douces et autres vers d’oreille

Guitare, banjo, chant et textes : Lionel Aebischer
Batterie, chant : Raphaël Pedroli
Contrebasse, chant : Frédéric Erard

Le spectacle familial des Petits chanteurs à la gueule de bois est rempli d’histoires à dormir debout et de personnages abracadabrants. Des paroles à se rouler par terre de rire ou plus poétiques. Des chansons têtues autant faciles à retenir que difficiles à se sortir de la tête. Le tout sur une musique entrainante et parfois même endiablée. A savourer en famille !

20h30 The Swinging Ladies – Quintet Swing-Jazz 

Voix : Joanne Gaillard, Amélie Dobler et Pauline Ganty

Piano : Andrew Audiger
Contrebasse: Gaspard Colin
Batterie: François Christe

Trois chanteuses se glissent dans les harmonies jazz de standards. A l’image des Andrews Sisters ou des Boswell Sisters, ce projet original, frais et pétillant est réalisé avec finesse et humour. Au carrefour entre jazz et comédie musicale, une délicatesse swinguante à déguster en remuant les orteils !

22h Getting Better — reprises Rock et Pop 

Voix Marc Bungener
Lead guitare / clavier Jean-René Fries
Guitare Nicolas Delley
Batterie Christian Reithaar
Basse Alexandre Monnerat

Formé à Rolle en 2015, Getting Better est la réunion de « vieux » amis qui ont décidé de créer un groupe de Rock pour se faire plaisir et le partager en toute modestie avec le public. C’est le coeur débordant de générosité et d’amitié qu’ils concoctent un programme fait de reprises des tubes des années 60 à nos jours.

MOZART, ET TA SŒUR ?

Théâtre musical – création

22, 23, 24 septembre 2016, 20h et 25 septembre 2016, 17h
Création, coproduction Cie Arcanes et Casino Théâtre de Rolle

Texte Thierry Raboud
Mise en scène et jeu Nathalie Boulin
Violons et jeu Marc Liardon et Catherine Plattner
Sur une idée de Anne-Marie Jaquerod
Regard extérieur Thierry Romanens

Concert théâtral autant que monologue musical pour rappeler que l’Homme se crée les génies dont il a besoin.

Tout a été dit, écrit sur Mozart, l’enfant aimé des dieux devenu prince des compositeurs. Mais peut-être a-t-on oublié l’essentiel. Wolfgang Amadeus avait une sœur, aimée que de son père, mais très talentueuse elle aussi.

Nannerl. Rien n’a été conservé d’elle, ou si peu, quelques lettres, une courte trajectoire qui part de la musique pour s’échouer dans un terne mariage. Son malheur : avoir été femme, à une époque où l’art était chose trop sérieuse pour pouvoir être confiée au beau sexe. Aujourd’hui, sa figure reste essentielle pour comprendre son frère Mozart comme un homme plutôt que comme un génie.

Deux violons interprètent les plus belles pages de Mozart, alors qu’une descendante de Nannerl, Marianne livre sa vision de l’histoire. Pas d’emphase ni de pédagogie dans cette pièce qui juxtapose une narration franche et une suite musicale respectueuse. Comme pour rappeler cette évidence : l’Homme se crée les génies dont il a besoin.

SI LA MATIÈRE GRISE ÉTAIT ROSE, PERSONNE N’AURAIT PLUS D’IDÉES NOIRES

Humour

30 septembre et 1er octobre 2016, 20h

Textes Jean Yanne, Pierre Dac et Francis Blanche

De et avec Fabian Ferrari

Spectacle qui rend heu-reux ! Succès du Festival d’Avignon 2014 et 2015.

Si la matière grise était rose, personne n’aurait plus d’idées noires est le premier spectacle solo de Fabian Ferrari. Il a été créé au printemps 2014 à Paris.

Trois grands humoristes, Jean Yanne, Pierre Dac et Francis Blanche dans une interprétation haute en couleurs. Fabian Ferrari fait ricocher l’humour piquant, tendre et absurde des trois légendaires trublions de l’humour de la France du XXe siècle.

En déroulant la recette de la confiture de nouilles de Pierre Dac, les versions revisitées des fables de la Fontaine par Jean Yanne ou les pétillants regards de Francis Blanche sur la politique, l’Eglise ou le mariage, Fabian Ferrari donne à goûter à un humour ciselé et vivifiant, pertinent et enlevé. Un One Man Show détonant et décalé.

Les Toiles du Casino, en écho : Les Tontons flingueurs

EXPIRY DATE

Théâtre gestuel et d’objets

8 octobre 2016, 18h et 9 octobre 2016, 17h

Cie Petri Dish

Spectacle singulier et époustouflant sur le temps qui passe et la passion qui s’enfuit inexorablement…

Un vieil homme est tranquillement assis dans un fauteuil, prêt à quitter ce monde; pourtant, sa mémoire lui joue des tours. Alors que l’implacable compte à rebours a commencé, il tente de retenir les souvenirs qui lui échappent, les derniers instants qui s’écoulent…
Et si avant de partir, on pouvait revivre un souvenir, rejouer le jeu, juste une seule fois…?

THOMAS WIESEL / NATHANAËL ROCHAT

Humour
10 et 11 novembre 2016, 20h

Deux talents du stand-up aux styles complémentaires : l’un maniant le cynisme et l’autre la vanne définitive pétrie de bon sens.

Thomas Wiesel fait partie de la nouvelle génération des humoristes romands. Politiquement incorrect, il écrit des gags tous les jours. Il se démarque sur la scène de l’humour romand par son étonnante capacité de création et sa grande faculté d’adaptation. Un festival de cynisme, d’humour noir et d’analyses grinçantes sur tous les thèmes que lui offre l’actualité.

Nathanaël Rochat est le plus flegmatique des humoristes romands. Les petits aléas du quotidien nourrissent sa plume. Parmi ses thèmes de prédilection: le terrorisme, les infractions à la circulation routière, le sexe, la drogue, la mendicité, les émissions de la RTS, entre autres. Son humour repose sur un solide et imparable bon sens, ses vannes sont redoutables, hilarantes et définitives.

Les Toiles du Casino, en écho : La Cité de la peur

AU-DESSUS DE LA MÊLÉE

Théâtre

2 et 3 décembre 2016, 20h

Cie Scènes plurielles

De et avec Cédric Chapuis
Mise en scène Mira Simova

Qu’on soit ou non fan de rugby, cette pièce offre plus encore qu’une aventure palpitante, une véritable envolée au-dessus de la mêlée.

« Pourquoi le rugby ? Je ne sais pas. Certains diront que je suis tombé dedans quand j’étais petit, je dirais plutôt que mon père m’y a poussé des deux mains, dans le dos, et par surprise. Peut-être, en avait-il marre de me voir jouer à la poupée ? Ou ma frousse des fourmis l’aura agacé ? Le fait est qu’il a déclaré à ma mère qu’il allait faire de moi « un homme ». Voilà comment, à 5 ans 1/2, je me suis retrouvé sur un terrain de rugby, avec un ballon 3 fois plus gros que ma tête, chargé par des armoires à glace de 7 ans, dont les délicates attentions visaient systématiquement à me flanquer par terre.

15 ans ont passé depuis ce jour, et nous voilà dans nos crampons, les copains et moi, à une minute du coup d’envoi du match le plus important de notre vie. J’étais loin d’imaginer que la terre d’Ovalie était si fertile en joies et en tristesses, en peurs et en coups de gueule et que le tout pouvait se vivre en équipe. »

Avec beaucoup d’humour et une profonde humanité, coup de projecteur sur un sport hors norme, où tout a un goût d’absolu.

MOLIÈRE – MONTFAUCON 1-1

Théâtre

16 décembre 2016, 20h et 18 décembre 2016, 17h

Production Compagnie Extrapol Coproduction Football Club Montfaucon

De et avec Lionel Frésard

Un hommage drôle et touchant au théâtre, au Jura suisse et au foot.

Une histoire de vie, une autofiction, comme on dit. Celle d’un homme que rien ne prédestinait, dans sa famille, à une vie dans le monde artistique. Boucher, patron de bistrot des Franches-Montagnes, footballeur amateur, puis comédien diplômé du conservatoire arpentant les scènes des grands théâtres, Lionel Frésard a eu plusieurs vies. Il les raconte, il les mélange dans ce solo infiniment drôle, à l’impudique pudeur. Un parcours atypique, un trajet de déraciné, entre le troquet du village, un ballon de foot, les alexandrins de Molière ou la prose de Brecht, entre la ville et la campagne, la scène et la ville, entre soi et soi.

Lionel Frésard joue tous les personnages, du boucher de son bled qui appuie un peu sur la balance, au prof de danse du Conservatoire. En passant, il se souvient (inconsciemment ?!) qu’il vient du « pays » de Zouc, et ce n’est pas un hasard…

Les Toiles du Casino en écho : Looking for Eric

CONCERT VIENNOIS DU PETIT NOUVEL AN

Ensemble Tiffany

8 janvier 2017, 17h

Direction musicale Friedemann Sarnau

Des bulles, de la gaieté, des froufrous et de la musique aux couleurs pastel ou acidulées, pour faire pétiller la nouvelle année !

Porté par l’Ensemble Tiffany, le traditionnel concert du Petit Nouvel-An rappelle les années folles, un temps où la musique légère égayait les salons, soulevait les jupes tourbillonnantes des filles et faisait miroiter les souliers vernis des garçons.

Valses de Strauss et de Waldteufel, pots-pourris d’opéras de Verdi ou d’opérettes d’Offenbach, Lanner ou Lehar: le violoniste Friedemann Sarnau réunit une quinzaine de musiciens romands pour reconstituer le répertoire grisant, agrémenté d’un zeste de nostalgie de la Belle Epoque.

L’Ensemble Tiffany puise dans une bibliothèque privée de 1500 pièces couvrant les années 20 à 30, véritable trésor culturel de l’entre-deux-guerres. Alliant raffinement, joie et élégance, l’esprit de l’Ensemble Tiffany rappelle les grandes heures d’une époque où tout semblait permis.

Prolongez ensuite cet instant autour d’une coupe de champagne et de quelques amuse- bouches… Prosit Neujahr !

MISS POPPINS

Théâtre
d’après “Mary Poppins” de Pamela Lyndon Travers

25 janvier 2017, 18h 27 janvier 2017, 19h*

*traduit en langue des signes

Âge conseillé dès 6 ans

Coproduction
Le Petit Théâtre, The Divine Company, L’Échandole

C’est la crise dans la famille Peterson. William, le papa, un architecte réputé et fort occupé, ne sait plus comment s’y prendre avec sa fille, Emma, une enfant rusée et butée. Alors que la dernière nounou en date vient de rendre son tablier, voilà qu’apparaît sur le pas de la porte Miss Poppins….

Au travers d’aventures fantasques, la nounou au regard malicieux, fait découvrir à Emma les merveilles du quotidien. Elle lui apprend à cultiver son imaginaire, à regarder ce qui se cache derrière la « réalité » et à mieux comprendre le monde des adultes. Mais sa présence va bouleverser bien plus que le quotidien de cette petite fille…

Les Toiles du Casino en écho : Dans l’ombre de Mary

CENDRILLON

Spectacle musical
10 février 2017, 20h Âge conseillé dès 12 ans

Quatuor Bocal

Le vieux, le barbu, le dodu, le bavard ? Parmi ces quatre (anti-)princes charmants, lequel Cendrillon choisira-t-elle ?

Les quatre princes (presque) charmants du Quatuor Bocal ont cherché chaussure à leur pied: chevauchant sans relâche, quêtant le visage de Cendrillon parmi les 345 variantes du conte, ils ont enfin jeté leur dévolu sur des histoires de citrouilles en kit, de carrosse en leasing et de familles recomposées.

Du foyer flamboyant de leur imagination, ils ont sorti quinze chansons inédites qui nous aident à faire le deuil du prince charmant: sans cacher leurs défauts de mâles modernes, les quatre troubadours parcourent Grimm, dérapent sur Perrault et piétinent Walt Disney.

C’est un récital a capella, mais c’est aussi quatre anti-princes qui revisitent les clichés en nous parlant d’amour, de séduction, de Bettelheim et de pantoufle de verre.
Féerique, séduisant, décalé et burlesque !

M.O.I.

Spectacle de science-fiction

2, 3, 4 mars 2017, 20h 5 mars 2017, 17h

Création : coproduction Cie Freckles, Théâtre de l’Échandole, L’Oriental-Vevey, Casino Théâtre de Rolle

Mise en scène et texte Sophie Pasquet Racine
Musique Jean-Samuel Racine
Films d’animation Corentin Lecourt
Collaboration à la mise en scène Julie Burnier
Comédiens Sophie Pasquet Racine et Pierric Tenthorey
Musiciens Sara Oswald, Stéphane Chapuis, Jean-Samuel Racine
Scénographie Emilie Triolo
Lumière David Baumgartner
Costumes Scilla Ilardo
Construction Les Ateliers du Colonel – Serge Perret

Un thriller futuriste dans lequel la survie et la mémoire de l’Humanité sont en jeu

Dans un monde post-apocalyptique et presque entièrement recouvert par les eaux, la M.O.I. – Mouvance Organique Ininterrompue, impose aux humains de vivre par paire : l’un dort afin de produire une énergie renouvelable pour son double en activité.

A son réveil, Nysiane est arrêtée pour subir un interrogatoire. Son mystérieux interlocuteur lui fait savoir que son « alter ego » est mort et qu’il n’y a plus d’échange possible. Il cherche à savoir ce que contient son carnet… Pourquoi prend-elle des notes alors que l’écriture est interdite?

Ce huit clos poétique et politique met en scène deux comédiens, dont les personnages interagissent avec le monde animé qui prend vie sur l’écran. La musique originale, inspirée du Tango argentin, façonne l’identité de cette société et sublime les émotions de cette fable futuriste.

Les Toiles du Casino en écho : La Cité des enfants perdus

ADIEU PAPA !
La grande échappée d’une toute petite fille

Théâtre d’objets

15 mars 2017, 18h 17 mars 2017, 19h

Âge conseillé dès 4 ans

Coproduction
Cie Pied de Biche, Théâtre de marionnettes de Lausanne, L’Oriental-Vevey, Casino Théâtre de Rolle

Mise en scène Julie Burnier et Frédéric Ozier
Texte et dramaturgie Nicolas Yazgi
Jeu et manipulation Julie Burnier, Frédéric Ozier et Diane Müller
Marionnettes, objets et scénographie Janice Siegrist
Création lumière et technique Guillaume Gex
Univers sonore Sébastien Rabbé
Costumes Amandine Rutschmann

L’imaginaire enfantin se confronte aux turpitudes de la réalité qu’un père célibataire doit gérer et assumer.

Depuis quelque temps, papa croule sous le travail et vit dans un état de stress permanent. Quand il rentre à la maison, il interdit à Margot de jouer avec ses amis imaginaires : c’est beaucoup trop bruyant !
Après une « grosse bêtise », Margot est injustement punie. Fâchée, elle décide de partir avec Groumpffe, son doudou, en quête d’un pays où ils pourront jouer toute la journée.

Elle s’embarque alors pour un fantastique voyage, pendant que, paniqué, son père la cherche partout.
Au travers de cette folle aventure, Margot et son papa ont tous deux quelque chose d’important à découvrir.

Ce spectacle de théâtre d’objets dépeint l’imaginaire foisonnant de Margot qui lui fait voir des créatures vivantes fabuleuses. À travers son regard d’enfant, Margot explore le potentiel merveilleux d’objets du quotidien et ainsi suscite la révélation qui conclura cette échappée.

MARIA DE LA PAZ CANTA PIAZZOLLA
PRELUDIO PARA EL AÑO 3001

Spectacle musical
23 et 24 mars 2017, 20h

Chant, création Maria de la Paz
Bandonéon, arrangements Daniel Perrin
Piano, arrangements Luis Semeniuk
Contrebasse Jocelyne Rudasigwa
Guitare Ignacio Lamas
Violon Primasch
Mise en scène Lorenzo Malaguerra
Scénographie Kristelle Paré
Lumière Romain Cottier

Dans l’océan des sentiments orageux, le tango est roi. Autour du mythe de Piazzolla, Maria de la Paz fait vibrer la puissance des compositions du maestro argentin.

Véritable mythe, Astor Piazzolla est considéré comme le musicien le plus important de la seconde moitié du XXe siècle pour le tango.

Comme la plupart de ses compatriotes, l’Argentine Maria de la Paz a baigné dans sa musique dès sa plus tendre enfance. Ce n’est que vingt-cinq ans plus tard, une fois installée à Lausanne, qu’elle prend conscience de l’importance de cet héritage qui la relie à son pays d’origine. Avec la maturité de ceux qui ont su se perdre pour mieux se trouver, écorchés peut-être, mais tellement vivants.

La chanteuse choisit les morceaux qui la touchent et dont elle peut s’approprier les paroles et les incarner. Autour d’elle, quatre musiciens d’exception et une danseuse complètent l’évocation d’un artiste qui fait battre les cœurs au rythme du tango depuis plus d’un demi- siècle.

Ainsi, Preludio para el año 3001 – titre emprunté à une chanson de Piazzolla sur le thème de la renaissance – permet à Maria de la Paz de s’ouvrir à la folie, d’être sensuelle, de vivre les extrêmes.

C’est avec émotion que le Casino Théâtre de Rolle accueillera ce nouveau projet de Maria de la Paz qui avait créé Barrio Oscuro en 2014 en nos murs.

MANGER

Théâtre burlesque musical

1er avril 2017, 19h 2 avril 2017, 17h

Cie Zygomatic

Écriture et mise en scène Ludovic Pitorin
Comédiens-chanteurs Delphine Lafon, Benjamin Scampini, Xavier Pierre, Ludovic Pitorin
Création musicale Benjamin Scampini
Décors, accessoires, costumes Delphine Lafon

Une épopée poétique et musicale au cœur de notre assiette !

Quatre comédiens-chanteurs choisissent les armes de l’humour pour nous plonger dans l’histoire de l’homme et de son alimentation depuis Cro-Magnon jusqu’à nos jours. Un réquisitoire burlesque qui nous questionne sur l’industrie agrochimique, l’agriculture productiviste, la société de consommation, la malbouffe…

Cette pièce percutante sert magistralement un propos urgent, dénoncer ce que nous mangeons comme un empoisonnement collectif. Très digeste, pour tous les publics, elle vise à éveiller les consciences.

Ce que le spectateur voit est drôle, ce qu’il entend est vrai. Manger, un spectacle engageant, un terreau théâtral idéalement fertile pour cultiver sa pensée…

Les Toiles du Casino en écho : Fast Food Nation

ERIKA STUCKY – BUBBLES & BANGS

Concert

6 avril 2017, 20h
Âge conseillé dès 12 ans

Chant et accordéon Erika Stucky
Tuba Jon Sass
Batterie Lukas Niggli

La plus groovy des Suissesses triture la tradition helvétique dans un esprit pop mêlant absurde et fantaisie. Une performance scénique ébouriffante !

Erika Stucky ouvre un nouveau chapitre. Elle crée « BUBBLES & BANGS » un journal musical de ses dernières années. « Il y a des chansons que j’entendais pendant mes tournées – dans les aéroports, les taxis, les bars des hôtels: les Stones, les Beatles, Eminem et Frank Sinatra. » Et – bien sûr – ses propres chansons, des histoires de la planète Stucky: absurdes, drôles, touchantes.

Erika est maintenant sur la route depuis vingt ans. Dans son nouveau programme, elle combine les différentes lignes de son passé musical et condense encore une fois son expression musicale: son groupe était jusqu’à présent composé d’un tuba et d’un trombone, Erika le réduit à un tuba et à une batterie, à une section rythmique plus classique. « Ça va groover plus qu’avant » promet la chanteuse XXL !

Présenté en collaboration avec l’Usine à Gaz, Nyon

La Fête de la Danse

Du 5 au 7 mai 2017

En collaboration avec le Service culturel de la Ville de Rolle

Manifestation à portée nationale, la Fête de la danse se déroule simultanément dans 30 villes de Suisse, le même week-end. Placée sous le signe de la convivialité, de la rencontre, de la transmission et du partage, cette 12e édition a fait danser pour la première fois la région de la Côte dans les Villes de Rolle et de Gland.

La population est invitées à s’initier et à découvrir la Danse sous toutes ses formes. Ecoles de danses, artistes et amateurs se retrouveront dans la rue, sur les quais, sur les pistes, dans les salles pour réveiller nos sens et se sentir soudainement pleins de vie et d’énergie.

En avant-programme, les Toiles du Casino : Tango

J’AIME PAS L’BONHEUR

Théâtre Tragi-comédie

19 et 20 mai 2017, 20h

Ecriture et jeu Marjolaine Minot

Regard extérieur Jean-Martin Roy

Qu’on s’pose des questions ou qu’on s’pose pas d’questions, on disparaît quand même… C’est p’t’être les questions qui restent…

C’est au bout d’une impasse, au milieu d’un bazar où chaque chose posée là en équilibre est prête à tomber, que se cache Claudine. Elle s’est retirée du monde, volontairement. Elle ne demande rien à personne et elle ne veut pas qu’on la dérange. Elle s’est inventée ses propres règles contre l’ennui, elle a trouvé sa manière à elle de résister. Dans son antre familier, elle sait très bien comment s’y prendre; au-delà, c’est moins sûr.

La grande menace pour Claudine, plus que la mort qu’elle ne craint plus, c’est Marianne, sa nièce, qui s’occupe vaguement d’elle, lui téléphone, s’inquiète et surveille l’heure du départ… vers une maison de retraite.

Dans son antre familier, elle sait très bien comment survivre; ailleurs, c’est moins sûr. Tant que l’on n’est pas mort, on doit inéluctablement rendre compte de son existence. Sans manquer pour autant de discernement, sa vieillesse lui retire peu à peu le droit de décider pour elle-même. Elle doit donc ruser avec sa nièce pour ne pas être considérée « inapte » à vivre seule, et lui prouver son aptitude au « bonheur ».

2017-05-31T13:42:27+00:00